HABITAT 67
HABITAT_67_context_1000_webHABITAT_67_closeup_1000_webHABITAT_67_closeup2_1000_web

HABITAT 67

$350,00$1600,00

Clear

À propos de cette oeuvre

Technique mixte : photographies nocturnes, interventions numériques, impression sur canevas, peinture aérosol et vernis. Cette oeuvre originale est disponible en édition de 25 (toutes grandeurs confondues). Chacune des oeuvres de la série est légèrement différente des autres. Également disponible sur papier Fine Art marouflé sur panneau de bois (pour plus de détails : [email protected]).

Photographies prises par Pascal Normand en 2018 dans le Vieux-Montréal, Montréal, Qc.

S’il y avait un palmarès de créations architecturales dignes de mention à Montréal, ce serait certainement pour son audace révolutionnaire que trônerait Habitat 67 au sommet de cette liste. Le nom propre de l’extravagante oeuvre modulaire grave dans la ligne du temps l’époque de son accomplissement. Après plus de 50 années d’une présence plus que remarquée, cet emblème applaudi de partout à travers le monde a marqué l’identité de la métropole, suscitant fascination et respect. De réputation internationale, l’architecte Moshe Safdie a su créer un tour de force, amalgamant puissance et ludisme, simplicité et modernité. 1967 marque à Montréal un changement social notable, voire en autre avec l’Expo 67 qui ouvre les portes du monde sur des découvertes gastronomiques et surtout architecturales. Habitat 67 demeure encore aujourd’hui un lègue d’importance où la vie grouille d’adultes et d’enfants vivant une expérience d’habitation urbaine peu commune.

Habitat 67 est un monument incontournable pour quiconque s’intéresse à la photographie urbaine et/ou architecturale. Lors d’une de mes expositions en 2016, j’ai personnellement eu la chance de rencontrer le propriétaire d’une de ces unités d’habitation cubique. Ce fut naturel pour lui de m’offrir une visite guidée (nocturne bien sûr!), offre à laquelle j’ai donné suite deux ans plus tard, en mai 2018. C’est donc sous une superbe pleine lune magnifiquement orientée que j’ai capturé les clichés nécessaires à la création de cette oeuvre. 

Ce n’est pas les angles et les possibilités photographiques qui manquent lorsqu’on sillonne le labyrinthique parcours extérieur que nous offre Habitat 67. Pour cette première oeuvre créée en ces lieux (il y en aura peut-être d’autres… peut-être pas…), je me suis arrêté sur un angle moins commun, mais qui m’apparaissait magique dans sa composition et qui me permettait d’intégrer le pont Victoria en arrière plan, un pont que j’adore mais plutôt capricieux quant à ses qualités de modèle photographique.