GARANTEED LA PINTE
GARANTEED LA PINTE contextGARANTEED LA PINTE closeup 2GARANTEED LA PINTE closeup 1

GUARANTEED – LA PINTE

$480,00$2600,00

Clear

À propos de cette oeuvre

Technique mixte : photographies nocturnes, interventions numériques, impression sur canevas, peinture aérosol et vernis. Cette oeuvre originale est disponible en édition de 25 (toutes grandeurs confondues). Chacune des oeuvres de la série est légèrement différente des autres. Également disponible sur papier Fine Art marouflé sur panneau de bois (pour plus de détails : [email protected]).

Photographies prises par Pascal Normand en 2018 dans le centre-ville de Montréal, Qc.

Installée en 1930, la pinte se mourrait tranquillement sous la rouille au cours des dernières décennies. Elle était donc menacée de disparaître. Héritage Montréal a amorcé en 2006 une réflexion portant sur la sauvegarde de l’emblème géant, réflexion qui aboutie finalement en 2009 sur un partenariat avec la Fédération des producteurs de lait du Québec pour la sauvegarde de la pinte. Étant le résultat concluant de partenariats intersectoriels dans la mise en valeur et la revitalisation du patrimoine, elle est depuis ce temps fraîchement peinte en bien entretenue.

Au fil de mon parcours, il me l’a demandé, elle me l’a demandé. Il me l’a demandé encore, puis encore. J’ai régulièrement été sollicité au cours des 8 dernières années… Diverses requêtes spécifiques concernant la mythique pinte de lait Guaranteed Pure Milk.

Oui, assurément, ok.

Quand?

Je n’y ressentais aucun empressement, aucune urgence d’agir. Fallait que ça vienne spontanément ou qu’un élément déclencheur produise l’étincelle nécessaire (comme pour tout le reste, à priori). À la vue récente de travaux en cours dans les alentours, l’ouverture s’est créée, l’accessibilité d’un angle jusque là inexistant est apparût. La démolition de quelques bâtiments dans la cours arrière de l’ancienne laiterie a ouvert cet angle, cet oeil nouveau à poser sur la pinte. L’esprit de confrontation et la fracture de différentes réalités entre les tours à cravates et le délabrement garni de street art me fascinent dans cette scène. Avec sa prestance de jeune nouvelle (ou enfin, de vieille rafraîchie), la pinte s’impose en gardienne du temps, seule et solide au milieu de ce tiraillement. 

Elle est importante et plutôt cachée à la fois, mais assurément confortablement rangée dans le coeur des Montréalais et Montréalaises, classée dans le même tiroir dans lequel loge l’enseigne « Farine Five Roses » et quelques autres précieux éléments du paysage urbain de la métropole québécoise. Symbolisant poétiquement l’appropriation populaire et le sentiment d’appartenance si cher à l’identité des citoyens, ce château d’eau (puisque c’en (était) est un) dégage une saine nostalgie qui nourrit la mémoire collective et fait vibrer l’âme de Montréal.